Amélie OUDÉA-CASTÉRA

Imagine Amélie Oudéa-Castéra en icône catholique © Lesdoss / MJ
142 vues 2 min

Ancienne joueuse de tennis, elle est ministre des Sports, des Jeux Olympiques et Paralympiques depuis mai 2022. Elle cumule le ministère de l’Éducation nationale, en janvier 2024, à la formation du gouvernement Attal. Embourbée dans des polémiques dès sa nomination, elle sera remplacée à ce poste moins d’un mois après, tout en gardant son premier ministère. Ses propos jugés méprisants et mensongers envers l’école publique auront eu raison de son second portefeuille.

Amélie Oudéa-Castéra est adepte du pantouflage, passant facilement du public au privé. Après avoir été haut fonctionnaire à la Cour des comptes, elle occupe des postes de direction dans deux entreprises du CAC40 : Carrefour et AXA. Avant de devenir ministre, elle était directrice générale de la fédération française de tennis.

La ministre est née en 78 d’une mère DRH de Safran, et d’un père directeur de Publicis, de la Croix-Rouge et haut fonctionnaire. Elle est membre de la famille Duhamel par sa mère, qui comprend des journalistes politique de renom, épouse d’un haut fonctionnaire sarkozyste, qui deviendra directeur général de la société générale jusqu’en 2023 avant de travailler pour Sanofi.

En devenant une figure polémique, “AOC” soulève dans les médias la question du séparatisme de classe. Elle forme avec son mari un couple « parangon des élites françaises » selon Médiapart et « qui raconte beaucoup de l’entre-soi des élites » selon L’Obs (lien payant).

Selon sa déclaration à la HATVP, elle détient un patrimoine d’environ 6,48 millions d’euros, constitués notamment de 960.000 euros de patrimoine immobilier, de placements financiers, et d’assurances-vie.

Amélie Oudéa-Castéra est Bachelière au lycée public Jean-de-La-Fontaine (Paris 16ᵉ), proposant des horaires aménagés pour cette élève sportive. Elle obtient une maîtrise en droit à la sorbonne, le diplôme à Science Po Paris et sort en 2004 diplômée de l’ENA, dans la même promotion qu’Emmanuel Macron.

ARCHIVES